DECOUVRIR > Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

Le Cayrol
   

      

    

   

    

La Commune du Cayrol a été instituée par une loi du 30 mai 1866. Auparavant le secteur d'Anglars faisait partie de la Commune de Coubisou et le secteur du Cayrol et ses alentours étaient sur la commune d'Espalion (informations importantes pour les amateurs de généalogie qui doivent rechercher leurs aïeuls sur ces deux communes avant 1867).

C'est le Préfet qui le 24 juillet 1866 désigna Mr Bouldoires Jean, d'Irissac, premier maire du Cayrol. Il eut comme premier adjoint Mr Aldebert Jean-Antoine de Laubenq, qui devint maire à son tour en 1871, son fils lui succéda en 1874 et Aldebert Albert fut maire en 1977.

Notre commune située à une altitude moyenne de 800 mètres, est à mi-côte entre Espalion et sa profonde vallée du Lot et Laguiole avec son plateau de l'Aubrac.

Le relief est caractérisé par des gorges profondes où coulent des ruisseaux prenant leur source au pied du plateau de l'Aubrac. La plus connue et la plus spectaculaire est la Boralde Flaujagaise, l'une des plus importante de l'Aveyron avec ses 25 Km de long de l'Aubrac jusqu'au Lot. Elle a d'ailleurs été classée en ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) en raison de la présence présumée de la loutre, mais aussi, du cerf, du chevreuil, du sanglier et des rapaces.

La population du Cayrol, essentiellement tournée vers l'agriculture d'élevage, n'a cessé de décliner depuis sa création. En 1866 elle comptait 810 habitants, alors qu'au dernier recensement de 2007 , il ne restait plus que 289 Cayrolais.

   
Le groupe scolaire
  

L'ancienne école du Cayrol telle que nous la connaissons actuellement a vu sa construction débuter en 1938 par décision du Conseil Municipal en 1935 devant le manque de place. La guerre interrompit les travaux qui reprirent en 1940 pour s'achever vers 1944. C'est un édifice imposant et malgré tout accueillant avec ses ouvertures vers le soleil du sud. Malheureusement elle ferma ses portes aux enfants par manque d'effectif en 1990 après la fermeture l'année précédente de celle d'Anglars.

Aujourd'hui elle a été en partie réhabilitée en salles de réunion au rez-de-chaussée, et deux logements en location au premier étage bénéficient  d'une superbe vue sur la vallée du Lot et les Causses de Bozouls.

  

   
L'Eglise du Cayrol

   

    

Avant sa construction et son histoire mouvementée, les habitants allaient à l'Eglise d'Anglars ou bien à l'Abbaye de Bonneval. La destruction de l'abbaye décida les habitants du Cayrol et des alentours à se cotiser pour construire Leur Eglise. La première pierre fut posée en 1827, et tout était presque terminé lorsque la moitié de la voûte et le clocher retournèrent au sol. Reprenant courage, la population se remis au travail et le 17 octobre 1836, l'église du Cayrol fut bénite par Mgr GRIMAL, délégué par l'évêque de Rodez. Tout allait bien jusqu'à ce jour de 1839 où l'Abbé Mas, par suite de tracasseries, se résigna à partir et notre église du Cayrol se trouva sans curé.

L'évêque demanda alors aux habitants de construire un presbytère attenant afin d'accueillir leur nouveau curé. Ce fut fait en 1840. Nouveau rebondissement en 1924, pendant la messe , une poutre s'effondra et l'inspection de l'édifice montra que le mur s'apprêtait à en faire de même. La décision fut prise, l'église fut démolie et la reconstruction commença en 1925 pour s'achever 13 ans plus tard. Si extérieurement cette église n'offre pas de particularité architecturale, elle possède toutefois une fresque murale couvrant tout le cœur  représentant le Christ et la Passion du Christ , datant de 1954 dont l'auteur est R. Pagégie.
    
L'école d'Anglars
  

    

   

   

De 1884 à 1905, les écoles pour filles et garçons étaient dans les grandes salles à l'étage de l'Eglise d'Anglars. En 1905, une maison fut achetée.

Cette bâtisse est aujourd'hui aménagée en salles de réunion pour les habitants du village qui s'y retrouvent pour quelques concours de belote ou quines.


  

   
L'Eglise d'Anglars
   

L'Eglise Saint-Etienne d'Anglars faisait partie dès 1265 de la Commanderie Templière d'Espalion. Cet édifice à nef unique avec un cœur rectangulaire a été fortifié en 1381 dans ses parties hautes pour servir de refuge à la population lassée de s'enfuir au château fort de Cabrespine devant les invasions Anglaises et les pillards. Le cimetière fermé de murailles servait à abriter le bétail. Les deux tourelles de la façade datent du XVI° siècle , époque des guerres de religions. Bien sûr depuis des travaux d'aménagement ont été réalisés. Les derniers en 2005 avec la réfection des façades et de la toiture ainsi que des abords pour la mettre en valeur.

      
Abbaye de Bonneval

  

Située à trois kilomètres au Nord d'Espalion et à sept du Cayrol, cette abbaye abrite une communauté de religieuses de l'ordre des cisterciennes . Sa construction débuta en 1147 et dura 14 ans, elle fut érigée en abbaye par une bulle de Pape Alexandre III, en 1162. Elle connu une histoire agitée entre incendies, pillages, reconstruction .

  

Retrouvez sur le site de l'abbaye : www.abbaye-bonneval.com ,toutes les  informations sur son histoire,  la vie monacale et les activités de la communauté.

  


       

   
La Cayrolaise
   


Fondée en 1927 par Léon MOISSET, cette amicale a pour but d'aider les Cayrolais installés à Paris et à instaurer des liens perdus avec « le pays ». Elle a aussi contribué au financement de bâtiments publics (écoles , monuments , église …) et participé à des actions de bienfaisance.

Elle continue encore aujourd'hui son action, et permet notamment lors de son banquet annuel de  réunir les Cayrolais et Cayrolaises de Paris et d'ailleurs.


   
Les Ardoisières

Les ardoises d'Anglars couvrent les toitures de nos maisons depuis des siècles. Elles sont en micaschiste muscovite , une roche métamorphique issue de l'argile après que celle-ci ait subi des conditions spécifiques de température et de pression qui divisent alors les blocs en fines lamelles de schiste. L'extraction à l'explosif et la taille à la main donneront cette tuile caractéristique, réputée pour sa couleur bleu, ses qualités de dureté et d'imperméabilité.  Les premières exploitations datent du XVI° siècle et firent prospérer les habitants d'Anglars et quelques familles qui se lancèrent dans l'entreprise notamment Antoine Aldebert de Laubenq. Au début du XX° siècle, l'ardoise du Cayrol faisait vivre près de 300 personnes avant que la première guerre mondiale ne vienne mettre fin à cette économie. Mr Aldebert vendit son entreprise à une société qui ne fit rien de l'industrialisation qu'elle avait promis. La carrière fut revendue plusieurs fois et survint la deuxième guerre. Quelques ouvriers carriers continuèrent l'exploitation évitant ainsi de travailler pour les allemands. Dans les années 80 ,un nouveau projet pour relancer l'exploitation des ardoisières est lancé mais échoue à nouveau. Aujourd'hui , il ne reste plus que deux carrières exploitées, celles de Mr Prat et de Mr Salelles sur la Commune de Montpeyroux. Les ardoisières d'Anglars ont fermé en 2007 faute de repreneur, pourtant sa qualité est reconnue et recherchée pour restaurer des bâtiments classés. Une renaissance verra peut-être le jour, les Cayrolais ne laisseront pas mourir tout un pan de leur histoire.

   

 
  


  

    

 
Service proposé par Smica - Powered by MagicSite